Des femmes puissantes

Publié par

Pour la Journée internationale des droits des femmes, l’Institut français a réuni à Alexandrie des femmes chefs d’entreprise. L’entreprise, c’est une aventure, et pour la mener à bien il faut du caractère. Elles n’en manquent pas !

Modérée par le journaliste et entrepreneur de médias Ahmed Esmat, la rencontre du 7 mars, veille de la journée officielle des femmes, a permis d’entendre l’architecte, cofondatrice du studio de création Encode, Ebtissam Mohamed Farid, Nermien Mamish fondatrice et dirigeante d’une importante société de fret maritime, CSF, Germeen El-Manadily à la fois animatrice de télévision et directrice régionale de la société d’édition Roznameh House, et Sandrine Vacher de l’ESLSCA Business School, française installée en Egypte depuis 11 ans.

Cette dernière témoigne : leur situation n’est pas toujours facile, mais les femmes égyptiennes sont des combattantes, des « reines » ! Ce que semblent confirmer les chefs d’entreprise présentes. Pour Nermien Mamish, les difficultés sont quotidiennes, au point qu’une journée sans problèmes paraît « bizarre » ! Dans un milieu d’hommes comme le transport maritime, Nermien s’est imposée par sa rigueur et sa force de travail. Elle s’attache aussi à appliquer les bonnes règles de la gestion d’entreprise : motiver ses collaborateurs, les associer à la marche de l’entreprise. Femme, sans doute, mais manager avant tout !

Pour Ebtissem Farid, enseignante à la faculté des Beaux Arts d’Alexandrie, il s’agissait de sortir de la routine quotidienne de l’enseignement, pour proposer une approche plus originale de l’architecture et du design. L’important étant en effet de savoir se distinguer, de ne pas faire comme tout le monde. L’équipe pleine de créativité constituée autour d’elle à Encode l’a beaucoup aidée à réaliser ses objectifs. Mais avant cela, reconnaît-elle, il a fallu de l’acharnement et du travail, beaucoup de travail. Tandis que les autres filles de sa génération passaient leur temps sur les réseaux sociaux, elle « bûchait », toute la nuit si nécessaire, pour réussir, quitte à affronter l’incompréhension autour d’elle. La clé de la réussite pour elle, si l’on veut progresser dans sa discipline : apprendre, toujours apprendre, et ne pas se contenter de l’enseignement. « La recette, pour progresser, c’est 50% d’auto apprentissage, et avec internet les jeunes femmes ont d’immenses possibilités qui n’existaient pas autrefois. »

La toute jeune Germeen El-Manadily reconnaît qu’elle a longtemps été instable professionnellement : elle cherchait, voulait tenter toutes sortes d’expériences, voulait voyager. Puis elle a trouvé ce qui l’intéressait vraiment : la publication de livres, avec laquelle lutter contre internet et les habitudes aujourd’hui de lecture ou plutôt de zapping en ligne.

Toutes en ont témoigné : si elles ont trouvé leur voie, c’est qu’elles ont été aidées, moralement appuyées au sein de leur famille, par les parents, le mari. Germeen a un père qui était plutôt hostile à ses expériences, mais sa mère l’a soutenue. Le fait d’être issues d’un milieu de « bonne famille » les a sans doute aidées. Mais la situation sociale n’explique pas tout, et même dans les milieux défavorisés on peut tenter de devenir autonome et trouver son chemin pour entreprendre. Sandrine Vacher rapporte aussi l’exemple d’une étudiante, diplômée en microbiologie, venue la trouver pour faire, une fois ses diplômes en poche et les parents rassurés, ce qu’elle souhaitait vraiment.

« La confiance », ajoute-t-elle. « C’est le plus important… Une fois que vous avez acquis la confiance en vous, vous pouvez réussir. » Et devenir une reine d’Égypte !

Illustration : création pour la Journée de la femme de Mahmoud Saïd

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s