Ma Thèse en 180 Secondes

Publié par

Le concours « Ma thèse en 180 secondes », organisé en Égypte pour la première fois en 2018, a tenu sa deuxième édition 2019 à Alexandrie, en juin dernier. La gagnante est… alexandrine ! Dina El Kordy est lauréate du premier prix du jury et du prix du public.

Dina El Kordy est doctorante, et a pour sujet d’étude  » les interprétations erronées du chapitre Les Femmes dans le Coran ». Elle a livré (en 180 secondes) un résumé de sa thèse qui a convaincu le jury. L’exercice consiste à la fois à maîtriser la prise de parole, à montrer la capacité de synthèse des participants, et à convaincre par l’intérêt du sujet et la qualité de son traitement. Le concours est co-organisé par l’Agence universitaire de la Francophonie et l’Institut français d’Égypte.

En s’appuyant sur les traductions du coran faites par Si Hamza Boubakeur, Jean Gojean et celle d’André Chouraqui, Dina El Kordy cherche à montrer les problèmes d’interprétations qui en découlent.

« Ces versets sont très polémiques dans le monde entier, car ils concernent les femmes et le statut de la femme dans l’Islam », résume Dina El Kordy.

Pour visionner l’ensemble de la manifestation et les prestations des candidats : cliquez ici

Interview-express ________________________________________

Quelles sont les références que vous avez utilisées ?

Dina EK : « Étant donné que nous parlons de l’interprétation de textes sacrés, j’ai eu recours à des exégèses pour l’explication du Coran et des dictionnaires monolingues et bilingues pour comprendre le sens des termes et des phrases, à part les différents ouvrages qui traitent des techniques et des théories de la traduction. »

Le temps était-il la seule difficulté que vous avez affrontée ?

Dina EK  : «  Si vous parlez du concours, en fait, je me suis bien préparée et j’ai fait plusieurs répétitions pour être à la hauteur du sujet. A part cette difficulté, autrement dit ce défi, j’avais un autre défi, celui de persuader le jury et le public de mon sujet de thèse car cela n’est pas évident, et c’est cette conviction qui compte en premier lieu. »

Quels sont vos conseils aux personnes qui veulent faire un doctorat ?

Dina EK  : « Je tiens à leur dire que le chemin n’est pas facile. Mais s’ils aiment ce parcours, qu’ils avancent. Il faut qu’ils déploient de très grands efforts et qu’ils soient patients pour aboutir à leur objectif. Ils doivent lire beaucoup, chercher des références et toujours se mettre à jour de toutes les nouveautés dans le domaine de leurs recherches. »

Ma thèse en 180 secondes (pourquoi, comment)

Le concours, Ma thèse en 180 secondes s’adresse aux doctorants et leur propose de présenter leur thèse en 180 secondes maximum. Un sacré défi. Ce concours est inspiré du concours australien « Three Minute Thesis » créé en 2008. Il a ensuite été adapté en 2012 par l’association Acfas (association francophone pour le savoir) au Canada en partenariat avec l’Agence Universitaire de la Francophonie et l’Institut Français dans le monde entier. Pour expliquer sa thèse en seulement 180 secondes, le doctorant ou la doctorante devra vulgariser son étude, l’expliquer avec des mots, pouvant être compris par le public et les membres du jury n’étant pour la plupart pas expert dans son domaine d’étude.

Pour sa préparation, l’AUF (co-organisatrice) a essayé de mettre toutes les chances du côté des candidats, en organisant un atelier de prise de parole et d’art oratoire à l’université Senghor, animé par un coach camerounais, Narcisse Fomekong. Celui-ci a préparé Dina El Kordy pour vaincre le trac, parler devant un public, adopter une bonne gestuelle, utiliser des figures de style pour simplifier et vulgariser le sujet de recherche. 

Dina El Kordy travaille comme traductrice et interprète, à côté de son travail de maitre assistante à la faculté des lettres. Elle est très connue à la faculté d’Alexandrie grâce à ses activités et à ses ateliers qui visent à aider les étudiants à se perfectionner. Elle donne des cours de français des affaires à la faculté, des leçons sur le marketing et le business à Noting Hill. De plus Mlle Dina El Kordy a deux masters français dans le domaine de l’informatique. Lorsqu’elle enseigne, souligne-t-elle, Mlle El Kordy n’utilise jamais les méthodes d’enseignement traditionnelles avec ses étudiants et a toujours des relations amicales avec eux.

Lilyanne Hanny et Lina Ahmed

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s