Le français en folie

Publié par

Chaque semaine, Émilie propose d’expliquer des expressions françaises qui sont devenues courantes dans le langage. Testez avec elle votre connaissance du français familier ou proverbial. Savez-vous ainsi comment passer du coq à l’âne ?

Sur la page Facebook de l’IFE, retrouvez les expressions du français en folie.

« Vouloir le beurre et l’argent du beurre ».
Tout vouloir sans contrepartie. Les paysans du XIXème siècle sont d’accord sur ce point : on ne peut décemment pas vendre du beurre et garder l’argent que l’on reçoit sans livrer le fameux beurre en retour. L’expression nous est restée pour désigner ceux qui profitent totalement d’une situation sans donner aucune contrepartie.

« Passer du coq à l’âne ».
Cette expression signifie passer d’un sujet à un autre sans aucun lien. Déjà au XIV siècle existait une première forme de cette expression « saillir du coq à l’asne ». Ici, l’asne désigne en fait la cane L’expression était utilisée lorsqu’un coq essayait de s’accoupler avec une cane, la prenant pour une poule. Le temps aurait déformé le mot « asne » initial pour devenir « âne ». Aujourd’hui on saute (ou on passe) du coq à l’âne quand on passe d’un sujet de conversation à un autre sans transition.

« Tomber dans les pommes ».
C’est le fait de s’évanouir. Cette expression n’a pas d’origine très sûre. La première suggestion est qu’elle venait du mot « pâmer », qui se serait transformé en « paumer » puis « pommes ».  D’autres tendent à favoriser la thèse selon laquelle l’expression serait tirée des « Lettres à Mme M. Dupin » de George Sand, dans lesquelles l’auteur utilisait l’expression « être dans les pommes cuites », pour désigner un état de grosse fatigue.

« Au temps pour moi » : signifie l’erreur est la mienne. Cette expression est souvent orthographiée « autant pour moi », ce qui n’est pas dénué de toute logique : on reconnaît avoir fait une erreur, par exemple lorsque l’on soutient quelque chose et que finalement c’est notre interlocuteur qui avait raison. À l’origine c’est une expression militaire : un soldat qui n’était pas dans le rythme pendant une marche faisait perdre le fil à tout le peloton…

« Être à la bourre ». Voici l’explication : c’est être en retard. Il semble qu’à l’origine, un jeu de cartes appelé « la bourre » pouvait faire perdre tout son argent à qui s’y risquait. Il fallait jouer par tours, où l’on récupérait ou non de la monnaie (des deniers). Si on était « à la bourre » on avait perdu, on avait plus d’argent. Et par extension, cela a aussi signifié être en retard au sens où plus vous accumuliez du retard dans le jeu, plus vous perdiez de l’argent

« C’est la fin des haricots ».
C’est la fin de tout. Au départ, le haricot est un aliment de base, peu cher. Cette expression fait écho en particulier aux pensionnats du XIXe siècle, où on en nourrissait les internes lorsque les temps étaient rudes. S’il n’y a plus de haricots, on ne peut plus manger, c’est la fin. Cette expression est maintenant volontiers utilisée de façon ironique. 

« Il n’y a pas un chat ».
Cette expression signifie qu’on est seul, qu’un lieu est désert, que personne n’est là. Les chats étant domestiqués, là où ne sont pas les hommes, ne sont pas non plus les chats. Il n’y a donc personne. La deuxième explication est égrillarde. Le chat désigne le sexe féminin. À une fête où vous arrivez dans l’intention de trouver à qui compter fleurette, et la soirée se trouvant peu peuplée, vous pouvez ainsi vous exclamer « Il n’y a pas un chat ici ! »

Autre expression :

« Il n’y a pas le feu au lac».
Expression du XXe siècle évidemment ironique par sa réalisation qui paraît impossible, l’eau annulant, a priori, la flamme. Dans le même esprit que « quand les poules auront des dents » qui veut dire en fait « jamais », « il n’y a pas le feu au lac » signifie que le temps ne presse pas. C’est pour amuser qu’on a ajouté « au lac » à l’expression de base. On dit aussi « Il n’y a pas le feu au lac Léman », en référence aux Suisses qui sont réputés plus tranquilles.

« Filer à l’anglaise » signifie partir discrètement, sans le signaler. À l’origine, « anglaiser » signifie « voler ».  Mais ce terme n’est plus du tout utilisé de nos jours, bien que l’expression perdure.Par exemple : « ils ne m’ont même pas dit « au revoir » en partant de la soirée, ils ont filé à l’anglaise ! » Il est amusant de constater que les Anglais utilisent l’expression équivalente… mais avec « à la française »…

« Repousser aux calendes grecques »: Repousser à une date inconnue. Les calendes désignent le premier jour de chaque mois dans le calendrier… romain. C’était le jour où, dans le commerce, on devait payer ses dettes alors listées dans un calendarium, un registre de comptes. Or, les calendes n’existaient pas chez les grecs. Ces derniers ont continué d’utiliser le calendrier attique pendant longtemps, un calendrier basé sur le cycle annuel du Soleil et sur le cycle régulier des phases de la Lune.. Ironiquement, l’expression signifie repousser un événement ou une action à une date ultérieure, mais qui n’arrivera probablement jamais

« Tomber à pic »= arriver au bon moment. Peu de personnes sont encore familières des règles du Jeu de paume, très populaire il y a plusieurs siècles. Dans ce jeu, un point particulier s’appelle la « chasse pic », quand la balle tombe à un endroit donné du terrain. Cela permet au joueur chanceux de s’assurer un avantage. Ainsi, par extension, lorsqu’on « tombe à pic », on arrive pile au bon moment.

« C’est l’exception qui confirme la règle » vient de : « Exceptio probat regulam in casibus non exceptis » (l’exception valide la règle dans les cas qui ne sont pas exclus, en latin). Autrement dit , la présence d’exceptions est la preuve qu’il existe une règle qui fonctionne… pour tout ce qui n’en relève pas !

Et vous, sauriez-vous expliquer ?

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs !

https://static.canalblog.com/storagev1/marealite.canalblog.com/images/tragedia.jpg

Par Emilie Béchade / Institut français d’Egypte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s