L’incroyable saga de la presse francophone en Égypte

Publié par

Une table ronde a permis de retracer l’histoire étonnante de la presse en français en Égypte. Dans le cadre des Journées du patrimoine alexandrin, la rencontre a rendu hommage à Al Ahram Hebdo : le petit dernier des francophones fête ses 25 ans.

Une histoire séculaire, liée au cosmopolitisme en Egypte

Tout commence par le Courrier d’Egypte, venu avec Bonaparte en Egypte et grâce à l’introduction des premières presses mécaniques dans le pays. Le 20 novembre, lors de la table-ronde organisée à l’Institut français, Gilles Kraemer, éditeur et journaliste, qui a consacré sa thèse à la Presse francophone en Méditerranée (Ed Maisonneuve et Larose), brosse un historique de cette presse vieille de plus de deux siècles.

Voir l’extrait vidéo

Comment le CE Alex collecte et sauvegarde la presse francophone

Depuis 2004, le CEAlex développe à Alexandrie un programme de collecte, de documentation, de numérisation et de valorisation consacré à la Presse francophone d’Égypte (www.cealex.org/pfe). Plus de 700 titres ont été recensés entre 1798 et nos jours. Marie-Delphine Martellière, responsable du service des Archives, évoque lors de la table ronde ce travail minutieux.

Voir l’extrait vidéo

L’aventure d’Al Ahram Hebdo

Créé en 1994, Al Ahram Hebdo est le dernier né d’une presse francophone dont la plupart des titres ont disparu. Lancé par le groupe Al Ahram, l’hebdomadaire a bénéficié de la volonté des autorités égyptiennes d’avoir une vitrine vers l’extérieur, à un moment de grandes mutations. Dalia Chams, journaliste et responsable de rubrique culture, explique aussi pourquoi Al Ahram Hebdo est une publication différente dans le paysage des médias égyptiens : la part consacrée aux faits de société et à la culture y est très importante, et les journalistes, formés à l’école française, privilégient le reportage et le terrain.

Voir l’extrait vidéo de la table ronde, où Dalia Chams fait un panorama de l’évolution du journal en commentant quelques-unes des « unes » qui ont marqué son histoire.

Le français, lié au cosmopolitisme à Alexandrie

Yasmine Haggag, enseignante au département de français de l’Université des Lettres d’Alexandrie, a fait sa thèse de doctorat sur le français dans la presse. Elle revient lors de la rencontre sur le statut exceptionnel de cette langue et ses raisons. Yasmine Haggag a soutenu en 2018 sous la direction de Jean-Yves Empereur, illustrant son propos par l’étude des journaux suivants : L’Egypte nouvelle, L’Egyptienne, La Réforme Illustrée, Alexandrie Reine de la Méditerranée/Portique de l’Orient, Ma Revue.

Voir l’extrait vidéo

Cette table ronde a eu lieu dans le cadre des Journées du patrimoine alexandrin, cette année consacrées à la presse, francophone et arabophone. Retrouvez ici tous les événements de cette dixième édition.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s