« Chez Gaby », ou le temps retrouvé

Publié par

Série « Les Alexandrins »

C’est un restaurant, et bien plus qu’un restaurant : chez Gaby est un rendez-vous, un club d’amis, et un lieu de mémoire. Roxane Assad vient de fêter les 40 ans de la pizzeria la plus célèbre d’Égypte. Portrait…

Elle est une figure d’Alexandrie, à la fois discrète et omniprésente, celle que tout le monde connait et apprécie pour sa gentillesse et sa bonne humeur communicative, et pour le soin qu’elle attache à accueillir amis et connaissances dans son restaurant qui est plus qu’un restaurant : le lieu où tout le monde se retrouve, au centre-ville d’Alexandrie. Roxane Marhy dirige le restaurant chez Gaby, probablement le seul à conserver quelque chose de la grande période alexandrine de convivialité cosmopolite, où l’on vient manger ou boire un verre en toute décontraction et avec l’assurance de croiser des visages familiers. A deux pas de l’opéra, dans une ruelle étroite où survivent quelques-uns des magasins de brocante qui prolongent l’activité d’Attarine, le proche quartier des antiquaires, on débouche sur un croisement de rues envahi par les tables de cafés à chichas : là, deux lampadaires à l’ancienne encadrent une vitrine à petits carreaux fermée de rideaux, qui signale l’entrée de Chez Gaby. A l’intérieur, dans une ambiance de bistro à l’ameublement simple et chaleureux, la grande salle avec four à pizza et comptoir est souvent bondée et bruyante, les serveurs affairés circulent rapidement, on s’apostrophe d’une table à l’autre. Apparaît alors Roxane, hôtesse blonde et menue qui a pour tous un sourire, un mot accueillant, et l’œil à tout…

Qui est Roxane Marhy ?

Ses grands-parents venus du Liban se sont installés à la fin du XIXe siècle en Egypte, d’abord au Caire puis à Alexandrie, où elle est née. Son histoire est typiquement alexandrine, c’est-à-dire mélangée : famille maternelle française, un grand-père irakien, elle épousera Gaby, d’origine libanaise et grecque.  Pensionnaire au collège de la Mère de Dieu, Roxane effectue pendant deux ans un petit détour par le Congo Brazzaville où elle commence l’université, de retour en Egypte fait ses études de lettres au département de français de l’université d’Alexandrie, y rencontre « Gaby », Gabriel Assad, avec qui elle se marie en 1980. Entretemps Gaby est devenu propriétaire du restaurant « Il Ritrovo », racheté à des Grecs en 1979. Le couple aura deux garçons, l’un d’eux est aujourd’hui dans la restauration en France. Roxane est la dernière de sa famille à vivre à Alexandrie.

Chez Gaby, à la grande époque

Gaby, fils de journaliste, homme chaleureux au contact facile, devient à son tour un personnage d’Alexandrie. « Tout le monde le connaissait » ! dit Roxane. Lors de l’inauguration « tout Alexandrie était là, on avait tout le monde au cocktail d’ouverture ». Si dès le début elle est à ses côtés, Roxane a sa propre vie professionnelle : enseignante, elle tient ensuite une boutique de cadeaux rue Ahmed Orabi. Au décès de son mari, en 1999, elle reprend le restaurant : « je n’ai pas hésité, il fallait le faire ».

vk_audio_proc   Une mémoire en images (ci-dessous) : Roxane revisite l’histoire, et commente quelques photos de personnalités et d’amis ayant passé chez Gaby.

Le défi de la succession

Après le décès de Gaby, Roxane s’est plongée dans un univers qu’elle ne connaissait que de l’extérieur. Il lui a fallu tout apprendre de ce monde si accaparant et stressant de la restauration : « c’était un défi ». Les anciens employés l’ont accompagnée, et surtout son fils. Lui était toujours avec Gaby, il savait comment marchait le restaurant. « Il m’a beaucoup aidé », dit-elle. Puis rectifie : « il m’a tout appris !».

Le restaurant a pu ainsi continuer à bien marcher. Son fonctionnement a à peine été troublé par la Révolution de 2011, marquée par une fermeture de quelques semaines. La clientèle est toujours au rendez-vous, et Chez Gaby reste un lieu apprécié où viennent des personnalités et toutes sortes de visiteurs, comme autrefois.

Le style de Chez Gaby

C’est la première pizzeria d’Alexandrie, qui a misé sur la qualité avec des produits frais et des plats tous faits « maison ». La recette de la pizza est restée la même : « c’est notre recette ! ». A côté, quelques plats de viande, de pâtes et de poisson. Sans oublier les desserts et… l’atmosphère. C’est la meilleure recette du restaurant : l’accueil. Chez Gaby, les clients se sentent chez eux. Et ici tous se croisent, la clientèle est très diversifiée et n’a cessé de se renouveler.

Tout de même, elle a beaucoup changé, indique Roxane avec un peu de nostalgie. Autrefois, « c’était le beau monde, de grandes personnalités. On faisait des fêtes fantastiques… »

Par Alain Kisena

videoLe magazine In Magazine Alexandria Center a consacré un reportage à Roxane Assad et à Chez Gaby. A retrouver ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s