Marie-Delphine Martellière, la passion de l’archive

Publié par

Elle dirige le service des archives du CEAlex, et veille avec discrétion mais passion sur cette mémoire d’Alexandrie. Avec elle, on s’enthousiasme pour l’enjeu de préservation du passé par les textes.

Égyptologue de formation, Marie-Delphine Martellière est venue à plusieurs reprises en Égypte au cours de ses études. Puis elle a vécu quatre ans au Caire lorsqu’elle a occupé le poste d’assistante aux Publications égyptologiques et coptes à l’IFAO (2008-2012). Enfin elle est recrutée par le CEAlex début 2013. Sa vie, désormais, est à Alexandrie.

Depuis sa création en 1990, le Centre d’Études Alexandrines (CEAlex, une unité du CNRS français spécialisée sur l’archéologie de la région) a notamment pour mission d’étudier l’histoire d’Alexandrie à travers la collecte et l’exploitation des documents d’archive. Il s’agit de documents iconographiques très divers : archives graphiques et photographiques des fouilles archéologiques, menées par le CEAlex ; gravures et photographies anciennes des sites et monuments d’Alexandrie et d’Égypte ; photographies des collections du Musée gréco-romain d’Alexandrie ; cartes postales anciennes ; archives administratives et privées d’institutions ou de familles alexandrines ; ainsi que d’une collection de plus en plus importante sur la presse francophone d’Égypte.

IMG-20200208-WA0000

Tous sont conservés au service des archives. En 2013, Marie-Delphine Martellière est recrutée pour diriger l’unité de numérisation du Centre. Ses missions principales étaient d’une part la numérisation des archives scientifiques au service des différents départements du CEAlex (archéologie, céramologie, cartographie…) et des chercheurs ; et d’autre part la collecte, la numérisation et la mise à disposition d’exemplaires de la presse francophone d’Égypte.

NB : ceux-ci sont disponibles, on ne le sait pas toujours, sur internet à l’adresse : pfe.cealex.org.

Cette unité de numérisation a été intégrée dans le service des archives créé en 2015 par Marie-Dominique Nenna, avec à sa tête Marie-Delphine Martellière. Discrète et affairée, la jeune femme est passionnée et devient vite intarissable sur l’importance de ces archives où elle s’est taillé un véritable domaine. Ici on s’occupe du classement et de la conservation de tous les documents, tout en poursuivant le vaste programme de numérisation. Une équipe de neuf personnes est dédiée à la numérisation et au traitement post-numérisation des documents. Ses différentes missions se répartissent donc depuis la collecte, la documentation et la conservation des documents, jusqu’à leur valorisation par leur numérisation et leur mise à disposition, en ligne ou auprès des chercheurs.

index
Immeuble du CE Alex à Alexandrie

Tous ces documents sont régulièrement sollicités dans le cadre des Journées du Patrimoine Alexandrin, qui ont fêté leur dixième anniversaire. Cet ensemble d’événements culturels est piloté chaque année par le CEAlex qui a produit en 2019 une grande exposition à l’Institut français à Alexandrie, « Kiosques d’Alexandrie et du Canal », consacrée à la presse francophone en Egypte.

Une presse dont il faut parler au passé ; et pourtant le français garde un statut spécial à Alexandrie, même s’il est aujourd’hui peu pratiqué. « J’ai de l’espoir, professe Marie-Delphine Martellière, dans le sens où il y a un lectorat en français en train d’être formé dans les différentes écoles internationales et égyptiennes. Il y a toujours un fort intérêt, je pense aussi, des Égyptiens pour la langue française et cela pour différentes raisons. Et je pense qu’il y aura toujours des gens qui seront intéressés par la culture, la littérature françaises, par la culture de manière générale et qui auront envie de lire les nouvelles internationales ou égyptiennes en langue française, après avoir fait l’effort d’apprendre cette langue. Je crois que cela permet d’avoir un autre regard sur les choses et que c’est très enrichissant. Je suis persuadée qu’il y a des gens qui sont prêts à continuer à tisser ces liens culturels. »

Naguib Mahfouz

Lire aussi : L’incroyable saga de la presse francophone en Égypte

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s